Art

Féminisme et mouvement des femmes

Figures historique

Littérature

Politique

Sport

Sciences et technique

Femmes remarquables... 
Emmeline Pankhurst

Emmeline PankhurstEmmeline Goulden était convaincue de naître le 14 juillet 1858, anniversaire de la Révolution française, bien que son acte de naissance mentionne le 15 juillet. Elle est l'ainée des dix enfants de Robert Goulden et Sophie Jane Crane, habitant Manchester. Emmeline, l'enfant préféré de son père, pouvait déjà lire à 3 ans et apprend à jouer du piano en observant le jeu des autres. Son père, un opposant convaincu contre l'esclavage, fait carrière dans l'industrie du coton et la famille habite dans une grande maison. Comme d'habitude à cette époque, ses cinq frère reçoivent un long enseignement et Emmeline et ses soeurs reçoivent une éducation pour les préparer à la vie de femmes mariés de la classe moyenne. 

Bien que ses parents soient tous deux pour l'égalité du droit vote des hommes et des femmes, ils continuent à garder certains principes victoriens : les filles sont employées très jeunes pour participer aux tâches quotidiennes à la maison, et aussi pour servir leurs frères. 

Tous les matins, Emmeline lit le journal à son papa, ce qui fait qu'elle s'intéresse très tôt à la politique. Pour achever son éducation, Emmeline est envoyée à l'Ecole Normale de Neuilly de Paris, une école pour filles où elles reçoivent une éducation plus approfondie, comme la chimie, la comptabilité et les sciences. Elle apprend à parler couramment le français et développe une grand amour pour Paris, qui n'a pas encore effacé complètement les traces que les Allemands ont perdu la guerre. Tout le restant de sa vie, elle aura un dégoût pour tout ce qui est allemand. 

Quand elle retourne à Manchester, elle a 18 ans et la vie de Paris lui manque. Heureusement elle peut accompagner sa plus jeune soeur lorsqu'elle va elle aussi à l'école parisienne. 

Mariage et politique

Quand Emmeline accompagne ses parents à une conférence politique, elle rencontre pour la première fois Richard Pankhurst, l'orateur de ce soir-là. Richard, célibataire et avocat, a quarante-quatre ans. Ils tombent amoureux et se marient le 18 décembre 1879. En septembre 1880 naît Christabel Harriette, et en mai 1882 Estelle Sylvia. Richard suit une carrière d'avocat mais il est surtout intéressé par la politique.  

Il perd une première élection à Manchester et Emmeline est également déçue pour son mari. Heureusement, il y a la naissance de Francis Robert en février 1884. Mais à cause de difficultés financières, ils décident d'aller habiter chez les parents de Emmeline (après que son père ait refusé une première fois de mettre une propriété promise au nom d'Emmeline. À cause de controverses causées par les élections, Robert Goulden souffre aussi de pertes financières et la vie commune devient difficile. C'est ainsi que les Pankhurst déménagent, accompagné de Mary, la soeur d'Emmeline. En juin 1885, ils ont encore une fille, Adela Constantia Mary. Emmeline souhaite être indépendante financièrement et demande encore une fois à son père la propriété promise. Celui-ci refuse et Emmeline ne le verra plus jamais. 

Emmeline est convaincue que Richard a des meilleures chances de faire de la politique en tant que socialiste à Londres. Il a la possibilité de se présenter comme candidat mais il perd à nouveau. Pour soutenir financièrement son conjoint, elle décide d'ouvrir un magasin qui ne connaîtra pas vraiment le succès espéré, car les produits vendus sont trop chers pour le quartier. 

Avec Richard, elle participe à plusieurs manifestations et grèves. En septembre 1885, leur jeune fils décède de la dipthérie. Quand il s'avère qu'un tuyau d'écoulement déficient est la cause de cette maladie, la famille déménage à Richmond. Emmeline, toujours l'esprit pratique et habile, aménage cette maison et cela devient rapidement un lieu de réunion politique. Elle semble surtout intéressée par le droit de vote des femmes et fin 1888, elle devient membre du Central Committee of the National Society for Women's Suffrage. Elle était déjà membre de la Manchester Society. Pendant la première réunion à laquelle elle assiste, il y a une scission à cause, entre autres, d'une contestation concernant l'exclusion des femmes mariées au droit de vote. Dès lors, elle nomme son groupe, partisan du droit de vote pour toutes les femmes (même mariées), la Parliament Street Society. 

En juillet 1889, son cinquième et dernier enfant naît, Harry, avec lequel elle perd presque la vie à cause d'une hémorragie. Pourtant, elle se remet tranquillement et elle mène ensuite sa vie d'épouse, de mère, de gérante de magasin et d'aciviste. 

Jusqu'en 1893, elle reste membre de la Parliament Street Society mais depuis 1889, elle est toujours avec son compagnon impliquée par la fondation de la Women's Franchise League. En 1894, une loi est votée permettant aux femmes mariés de participer aux élections locales. 

En 1895, Emmeline devient Poor Law Guardian, un bénévolat qui implique des visites à la maison des pauves. Elle est choquée par les conditions dans lesquelles y vivent les femmes et les jeunes filles : sous-alimentées, mal habillées et travaillant dur. Grâce à elle, des améliorations y sont apportées en ce qui concerne l'alimentation et les vêtements.

 Mère isolée et sufragette

Richard et Emmeline sont tous les deux membres de l' Independent Labour Party. Richard qui est plus intéressé par la politique que par sa carrière d'avocat, tente plusieurs fois, en vain, d'être élu à la House of Commons jusqu'à ce qu'il décède en 1898. Emmeline est alors âgée de 40 ans et reste avec ses quattre enfants : Christabel, Sylvia, Adela et Harry. 

Après la mort de son époux, elle a des problèmes financiers. Un Dr. Pankhurst Fund est créé par des partisans politiques, ce fonds lui procure une petite allocation, mais Emmeline doit abandonner son bénévolat comme Poor Law Guardian et trouver un emploi payé. Heureusement elle peut travailler comme Registrar of Births and Deaths dans le quartier des travailleurs, ce qui lui apporte une petit salaire régulier. Comme revenu complémentaire, il y a encore le magasin, dans lequel elle peut laisser travailler ses filles. Elle doit toutefois négocier plusieurs année avec le président du Dr. Pankhurst Fund concernant l'allocation, une occupation qui prend du temps mais c'est aussi un bon entrainement pour les futures négociations ! 

Emmeline parvient à diminuer au maximum ses frais d'entretien. Sylvia reçoit une bourse pour étudier les arts. Quand il est décidé en 1903 que Christabel doit étudier le droit, Emmeline est obligée de faire revenir Sylvia d'Italie où elle étudiait les fresques et les mosaïques, pour économiser de l'argent et pour aider dans le magasin. 

Emmeline et Christabel sont de plus en plus frustrées par les avis de l'ILP et Emmeline décide en 1903 de fonder un nouveau parti, le Women's Social and Political Union (WSPU), uniquement accessible aux femmes, pour obtenir le droit de vote pour les femmes. Mais la presse n'est pas longtemps intéressée par les discussions politiques concernant le droit de vote des femmes, il est donc décidé qu'il faut intervenir autrement. Emmeline Pankhurst arrêtée par la police En octobre 1905, Christabel et Annis Kenny assistent à une réunion à Londres chez un ministre Sir Edward Grey. Le discours est interrompu par les femmes qui crient : « Le gouvernement libéral donnera-t-il le droit de vote aux femmes ? » Toutes les deux sont arrêtées par la police et condamnées pour avoir perturbé l'ordre public et maltraité un agent de police ! Quand elles refusent de payer l'amende, elles sont conduites en prison. Cette fois, il y a un réel intérêt : pour la première fois, des femmes ont utilisé la 'violence' pour revendiquer des droits. 

En 1907, Emmeline déménage aussi à Londres, là où Christabel et Sylvia résident. Dans le courant des sept années suivantes, elle ira plusieurs fois en prison à cause d ses actions militantes parmi lesquelles il y a des bris de vitres, des incendies et même un attentat à la bombe. Elle participe aussi à des grèves de la faim, ce qui n'est pas bon pour sa santé. 

Le 5 janvier 1910, son fils Harry décède à l'âge de 20 ans de la polio, c'est toujours une histoire de maladie. Adela qui perd son travail d'institutrice quand elle est mise en prison pour ses actions politiques, est une déception pour sa mère. Par opposition avec Christabel et sa mère, elle est tend plus vers la tendance socialiste de Sylvia. Le 2 février 1914, elle reçoit un aller-simple pour Melbourne, payé par sa mère. En Australie, elle rencontre Tom Shaw, veuf et père de trois enfants. Ils se marient et ont ensemble encore 5 enfants, ce qui ne les a pas empêchés d'être actifs politiquement, d'abord comme communistes et ensuite comme socialistes. Adela ne reverra plus jamais sa mère. Sylvia s'est entre-temps détachée du mouvement de femme dirigée par sa mère. 

Les années de guerre

Quand l'Angleterre entre en guerre avec l'Allemagne en août 1914, le WSPU abandonne toutes les actions militantes et en échange, toutes les sufraggettes sont libérées des prisons. Elles reçoivent de l'argent et organisent une manifestation à succès à Londres pour exiger que les femmes participent à l'effort de guerre en allant travailler dans l'industrie. En 1915, le nom de leur journal The Suffragette est changé en Britannia, une preuve des sentiments patriotiques d'Emmeline qui se reflètent aussi dans les articles.

En 1917, Emmeline et Christabel fondent le Women's Party avec pour objectifs de combattre pour la victoire sur les Allemands passant par des règles strictes, entre autres, par la fermeture des usines « inutiles » pour laisser les travailleurs libres de travailler dans les usines de guerre du pays. Elles exigent aussi l'éloignement de tous les fonctionnaires de sang allemand ou en lien avec les Allemands des postes du gouvernement. Ce parti est aussi pour l'égalite des salaires, du travail et des droits. Tant Emmeline que Christabel se sont éloignées des idées socialistes. Sylvia par contre, encore et toujours partisane des pensées socialistes de son père, est contre la guerre.

Les années d'après guerre

En 1918, certaines catégories de femmes reçoivent finalement le droit de vote : au-dessus de 30 ans et avec un certain revenu. Après la première guerre mondiale, Emmeline s'occupe de quatre orphelines. Ces filles l'accompagnent quand elle fait une tournée en Amérique et au Canada pour donner les exposés devant le The National Council for Combating Venereal Disease avec lequel elle défend naturellement le droit des femmes. Par manque de moyens financiers deux de ces filles doivent être adoptées par d'autres personnes, pendant que Christabel et Emmeline en adoptent toutes les deux une. 

Christabel et Emmeline, à la recherches de moyens d'existence, ouvrent un salon de thé à Juan-les-Pins, avec d'autres sufragettes. Malgré leur célébrité, elles n'obtiennent aucun succès et retournent en Angleterre fin 1925. Mère et fille deviennent membres du Parti Conservateur et Emmeline est sur la liste électorale pour East End à Londres. Sylvia en est très indignée et c'est alors une rupture définitive avec sa mère. Quand Sylvia a un petit garçon sans être mariée, elle essaie de contacter sa mère, mais celle-ci refuse toute rencontre avec elle ou avec l'enfant parce qu'elle est choquée de cette rupture des 'convenances'.

La santé d'Emmeline se dégrade et elle décède le 14 juin 1928.  

Epilogue

Les actions militantes des sufragettes apparaissent naturellement toujours dans les journaux, mais la question est toujours de savoir si elles ont aussi accéléré le droit de vote des femmes en Angleterre. Lorsque la guerre a commencé, il y avait une sorte d'impasse : le gouvernement n'acceptait pas les exigences à cause de la violence, et les sufragettes ne pouvaient pas arrêter parce que cela aurait donné une impression de défaite. 

Naturellement, cela n'a nullement diminué l'intérêt de Emmeline Pankhurst et de ses filles pour les droits des femmes. Elle était une infatigable conférencière qui pouvait tenir la foule sous le charme et qui n'avait pas peur de la provocation. Elle s'est entièrement consacrée à la lutte politique et ses enfants ont dû s'y adapter ou être exclus. 

Pour en savoir plus :

Purvis, June. Emmeline Pankhurst : a biography
London: Routledge, 2003. - 448 p.: ill. ISBN 0-415-32593-5.- RoSa n° T/0539

Abrams, Fran. Freedom's cause: lives of the suffragettes. London: Profile Books, 2003. - 283 p.
ISBN 1-86197425-6.- RoSa n° T/0750

Rédigé par Elza Daix - juillet 2006
Traduit par Audrey Linchamps - février 2009