Art

Féminisme et mouvement des femmes

Figures historique

Littérature

Politique

Sport

Sciences et technique

Femmes remarquables... 
Artemisia Gentileschi

Artemisia Gentileschi - portrait de l'artiste par elle-mêmeArtemisia, née à Rome le 8 juillet 1593, est l'aînée des enfants du peintre Orazio Gentileschi. Son père est un des plus éminents artistes, travaillant dans le style du Caravage, et tout ses enfants l'ont aidé dans son atelier. 

Artemisia a vraiment plus de talent que ses jeunes frères, et, évidemment, son premier travail est aussi influencé par Le Caravage. A l'âge de 17 ans, elle peint le tableau « Suzanne et les vieillards » qui est très mature, pourtant son entrée à l'académie offielle est refusée en 1612 parce que uniquement les étudiants masculins étaient autorisés.

Son père la fait travailler dans la théorie d'Agostino Tassi, son collaborateur avec qui il a décoré un palais à Rome. Tassi, un homme marié, séduit Artemisia et promet de se marier avec elle. Quand cela ne se produit pas, il est accusé de viol par Orazio. Pendant le procès, Artemisia est humiliée par un examen vaginal forcé et elle est torturée (des boucles autour des doigts qui sont de plus en plus serrées de sorte que ses mains seront pendant longtemps inutilisables), pour être sûr qu'elle raconte la vérité ! Tassi est condamné à un an de prison.

Cette même année, elle peint la décapitation de Holopherne, un sujet très violent. Un mois après le procès, le 29 novembre 1612, elle se marie avec un artiste et marchand florentin, Pierantonio Stiattesi et le couple déménage à Florence. Ils ont quatre enfants mais seule leur fille, Prudenzi, atteindra l'âge adulte. Le mariage les conduit à une déception et bientôt, Artemisia va habiter ailleurs avec sa fille. Sous la protection de Médicis, Artemisia devient un peintre de la cour connu. Elle est alors acceptée à l'accadémie où elle devient amie avec d'autres artistes et savants de son époque. Elle entretient pendant des années une correspondance avec Gallilée. Michelangelo Buonarotti le jeune, neveu du célèbre Michelangelo, lui demande de décorer un plafond dans la Casa Buonarotti qu'il construit.

Malgré tous ces succès, la période florentine se termine par des soucis d'argent, et Artemisia retourne à Rome en 1621, juste au moment où son père déménage à Gênes. Artemisia qui a une relation avec son amour de jeunesse, son parrain le peintre Pietro Rinaldi, a un enfant illégitime, Porzia, et elle essaie d'enseigner à ses deux filles les astuces de la peinture, sans réel résultat. Bien que son travail soit apprécié à Rome, elle n'obtient pourtant pas de grande attention et elle doit surtout peindre des portraire pour vivre.

Entre 1627 et 1630, elle décide de partir à Venise. Elle peint selon la mode de cette époque qui met l'accent sur le clair-obscur. Mais elle ne restera pas non plus à Venise : en 1630, elle déménage à Naples, une ville avec de nombreux ateliers de peintures et d'amateurs d'art. Ça sera son dernier lieu de résidence, excepté un voyage en Angleterre. Ses filles s'y sont mariées, elle a de bonnes relations avec le vice-roi, comte d'Alcala, et elle travaille avec un ami, Massimo Stanzone. Pour la première fois, elle travaille dans une cathédrale, dédiée à San Gennaro nell'anfiteatro di Pozzuli.

En 1638, elle voyage en Angleterre où son père est le peintre de la cour du roi Charles I, un collectionneur fanatique d'art, qui a appelé Artemisia à sa cour. Père et fille travaillent ensembles, mais en 1639, Orazio décède brutalement. Artemisia termine le travaille, et on n'est pas entièrement sûr de savoir quand elle retourne en Italie. En tout cas, elle n'est plus en Angleterre en 1642 quand la guerre civile éclate.

En 1649, elle est certainement de nouveau à Naples car elle correspond avec un nouveau protecteur, Don Antonio Ruffo di Sicilia. La dernière lettre qu'elle lui a écrite, date de 1650. Longtemps on a pensé qu'elle était morte en 1653. Maintenant, on a démontré qu'elle a encore travaillé en 1654, aidée par son assistant, Onofrio Palumbo. Il est possible qu'elle ait été victime en 1656 d'une épidémie de peste qui a éliminé tout la génération d'artistes de Naples.

Au 17ème siècle, une carrière de peintre n'était pas le choix le plus facile pour une femme. Artemisia n'est pas la seule mais bien un des peintres féminines les plus connus de ce temps et ses thèmes n'étaient bien sûr par typiquement féminins.

Sa vie, le procès concernant le viol et la torture qui en a résulté, les thèmes de ses tableaux et sa manière de peindre, tout cela a contribué à montrer Artemisia Gentileschi comme une forte personnalité qui n'a pas seulement éveillé l'intérêt des féministes mais qui a aussi incité de nombreux auteurs à écrire sa biographie. En 1997, un film a même été réalisé sur sa vie, seulement,  le viol par Tassi est raconté comme une relation amoureuse. 
Les tableaux de Artemisia Gentileschi ne se trouvent pas uniquement en Italie (Rome, Florence, Naples, Gênes, Milan, Bologne) mais aussi en Angleterre, en Espagne et même aux Etats Unis.
-----

Ce bref aperçu est basé sur la documentation disponible dans la biblitohèque RoSa. 

Garrard, Mary D.. Artemisia Gentileschi around 1622 : the shaping and reshaping of an artistic identity
Berkeley: University of California Press, 2001. - 179 p.: ill. ISBN 0-520-22841-3 - RoSa n° GIV2a/0346

Recherchez le catalogue en ligne RoSa avec les mots clés: Gentileschi Artemisia, kunstenaressen

Voir également: peintures par Artemisia Gentileschi

Rédigé par Elza Daix - février 2007
Traduit par Audrey Linchamps - février 2009