Art

Féminisme et mouvement des femmes

Figures historique

Littérature

Politique

Sport

Sciences et technique

Femmes remarquables... Les soeurs Brontë

bronte.jpg Patrick Brunty, le père des soeurs Brontë, est né en 1777 comme aîné des dix enfants d'un petit fermier irlandais à County Down. Il apprend tout seul à lire et réussit même d'aller étudier au Collège St John à Cambridge. Ici le nom de famille est graduellement changé de Brunty, en passant par Bronte et Bronté, vers Brontë) (pour info : Lord Nelson venait d'être nommé Duc de Brontë en 1799).

* ill.

Patrick Brunty, le père des soeurs Brontë, est né en 1777 comme aîné des dix enfants d'un petit fermier irlandais à County Down. Il apprend tout seul à lire et réussit même d'aller étudier au Collège St John à Cambridge. Ici le nom de famille est graduellement changé de Brunty, en passant par Bronte et Bronté, vers Brontë) (pour info : Lord Nelson venait d'être nommé Duc de Brontë en 1799).

Quand Patrick Brontë, entre-temps devenu pasteur auxiliaire, se marie avec Maria Branwell, fille orpheline d'un riche marchant de Penzance, en 1812, ils vont habiter à Hartshead où leurs deux premières filles seront nées : Maria en 1813 et Elizabeth en 1815.
Puis ils déménagent vers Thornton où leurs quatre autres enfants vont naître : Charlotte en 1816, Patrick Branwell en 1817, Emily Jane en 1818 et Anne en 1820. Patrick est nommé pasteur à Haworth, mais quelques mois après leur déménagement son épouse meurt. En plus de son travail comme pasteur, Patrick Brontë est écrivain et plusieurs de ses écrits sont publiés, entre autres ses Cottage Poems, malheureusement sans grand succès.
Après la mort de leur mère sa sœur, Miss Elizabeth Branwell, vient à Haworth pour s'occuper du ménage. Pour les enfants cela signifie une vie bien ordonnée mais sans beaucoup d'amour. Ils n'ont aucun contact avec d'autres membres de leur famille, ni avec des camarades de leur age, mais ils peuvent se promener dans la nature sauvage autour de leur maison et ils sont encouragés dans leur intérêt pour la littérature.

Début 1824 Marcus Wilson ouvre une école (pas chère) pour des filles de pasteur : Cowan Ridge. D'abord Maria et Elizabeth y vont, puis Charlotte et Emily. Les circonstances de vie y sont affreuses, et c'est probablement significatif pour la relation avec leur père qu'aucune de ses filles ne se plaint auprès de lui. Quand d'abord Maria et puis Elizabeth sont renvoyées à la maison pour y mourir de tuberculose, Mr. Brontë va chercher lui-même Charlotte et Emily.

Les quatre enfants ont beaucoup de fantaisie et dans leur isolement ils inventent un autre monde où il se passe pleins d'aventures qu'ils décrivent : Charlotte et Branwell écrivent sur Angria, et Emily et Anne sur Gondal. C'est un bon exercice pour les futurs auteurs de romans !

L'année 1831 apporte un grand changement dans leur vie. Après une grave maladie de Monsieur Brontë, il est décidé que tout le monde doit être capable de subvenir à ses propres besoins. Pour commencer, Charlotte est inscrite dans une nouvelle école Roe Head, établie par Miss Wooler. Elle y rencontre deux filles, Ellen Nussey et Mary Taylor, qui resteront des amies pour le reste de sa vie. Ellen, une fille gentille mais un peu insipide, est issue d'une famille noble comprenant aussi des fonctionnaires importants. Elle a beaucoup de frères et sœurs, et la famille habite une vieille maison dans un grand parc. Elle a gardé toutes les lettres de Charlotte, une source importante d'information sur la famille Brontë. Mary Taylor est issue d'un tout autre milieu : son père est un industriel et sa famille est radicale et non-conformiste.
En 1835, Emily va aussi à Roe Head et un an plus tard, Anne la rejoint, tandis que leur frère Branwell suit des cours de peinture. Charlotte retournera à Roe Head comme institutrice, mais ce n'est pas une réussite. Quand Branwell, arrogant mais faible, décide de devenir peintre et veut étudier à l'Académie Royale à Londres, il est clair que les filles seront obligées de travailler pour aider à payer les frais. Branwell ne sera jamais inscrit à l'académie parce qu'il gaspille tout son argent en route vers Londres. Dans les années qui suivent chacune des filles essaiera de travailler comme gouvernante, mais chaque fois ça rate.
Branwell, n'ayant pas le succès espéré avec ses peintures, essaie aussi de travailler d'abord comme professeur, puis aux chemins de fer. Chaque fois il y a des problèmes : il boit et il est loin d'être assez rigoureux.
Après ses mésaventures comme gouvernante, Charlotte décide, en 1841, d'ouvrir une école. Avant de passer à l'acte, elle part à Bruxelles, accompagnée d'Emily, pour étudier le français, l'allemand et l'italien, au pensionnat de Monsieur et Madame Heger-Parent.
Quand leur tante Branwell décède, elles retournent à Haworth, mais début 1843, Charlotte repart à Bruxelles.
Peu à peu elle tombe amoureuse de Monsieur Heger, et après son retour à la maison en 1844, elle continuera à lui écrire des lettres pendant deux ans, sans jamais recevoir de réponse.
L'école qu'elle voulait établir ne se fera jamais.

En 1845 un Irlandais, Arthur Bell Nicholls, arrive à Haworth comme pasteur auxiliaire. La même année Branwell se fait virer, encore une fois, de son poste comme précepteur à cause de son comportement scandaleux : il boit, il fume de l'opium, il est couvert de dettes et il ment, en un mot il est la honte de la famille. Heureusement la vie de ses soeurs connaît enfin un point positif quand leur recueil de poèmes collectif est édité : Poems
by Currer, Ellis and Acton Bell (des noms d'homme fictifs pour agrandir l'intérêt).
Bien que ce soit une perte financière (deux exemplaires vendus seulement) le même éditeur acceptera la même année Wuthering Heights écrit par Emily et Agnes Grey écrit par Anne. The Professor, écrit par Charlotte, par contre est refusé.

En 1847 apparaît Jane Eyre de Charlotte, édité par le même Smith, Elder & Co. et devient un roman très populaire. L'année après c'est le tour à The Tenant of Windfell Hall de Anne. Malheureusement la même année aussi bien Branwell que Emily meurent de tuberculose, suivis par Anne l'année après. Après la parution de Shirley de Charlotte, le public commence à savoir qui se cache sous le nom de Currer Bell, et les deux années suivantes Charlotte les passe alternativement très isolée à Haworth ou à Londres sur invitation de Monsieur Smith et son épouse. Elle rencontre Thackeray et le poète de la cour, Samuel Rogers. Elle visite des sites tels que le Crystal Palace et le National Gallery, et son portrait est peint par George Richmond.
En 1850 elle rencontre aussi Madame Gaskell, qui, plus tard , la décrira comme petite, maigre, myope, avec des taches rouges dans le visage, mais avec une voix agréable et très douée verbalement.
Son roman suivant Villette est publié mais ne connaît pas un grand succès.
En 1854 elle épouse Arthur Bell Nicholls, le pasteur auxiliare de son père, contre la volonté de Patrick Brontë, et le couple part en lune de miel en Irlande. Ses lettres laissent supposer qu'Arthur était très amoureux d'elle, mais elle beaucoup moins de lui. Ils viennent habiter à Haworth. En novembre, après avoir été mouillée lors d'une promenade, Charlotte attrape un gros rhume dont elle ne guérit pas. En janvier on appelle un médecin, parce qu'entre-temps elle a aussi commencer à souffrir de nausées. On constate qu'elle est enceinte. Mais les nausées s'empirent, elle ne mange plus et finalement, en mars, elle tombe dans le coma et meurt.

Etant l'auteur renommé de Jane Eyre, sa mort est traitée comme un événement important et les articles dans la presse deviennent de plus en plus fous. Finalement Patrick Brontë demande à Madame Gaskell d'écrire la biographie de Charlotte pour rectifier certaines idées. La biographie paraît en 1857, la même année que The professor.
Arthur Bell Nicholls reste à la paroisse et s'occupera de Patrick Brontë jusqu'à sa mort en 1861. Arthur Bell Nicholls déteste quand on parle de sa femme et parfois refuse même de baptiser des enfants nommés d'après les Brontë (dans ce cas Patrick Brontë, malade, le fait lui-même avec l'eau du broc dans sa chambre…).
Après la mort de Patrick, Arthur retourne dans son pays natal où il épousera une nièce, mais il n'oubliera jamais Charlotte.

Même après leur mort l'intérêt pour l'œuvre des sœurs Brontë reste grand : en 1872 paraît une version illustrée de leurs romans, en 1893 la Brontë Society est fondée et en 1928 le presbytère de Haworth devient le Brontë Parsonage Museum.

Il est vrai que, à part l'œuvre de C. Dickens, Jane Eyre et Wuthering Heights sont encore maintenant les livres du dix-neuvième siècle les plus lus.

Composition

Elza Daix
07/06/2006

Source:

Ce résumé est basé sur la documentation suivante disponible dans la RoSa base de données:

Mot clé:
Brontë Charlotte
Brontë Emily
Brontë Anne

Bentley, Phyllis
De gezusters Brontë
Utrecht: Kwadraat, 1992. - 137 p.: ill.
Exemplaarnr.: T/0373

Wilks, Brian
The Brontës
London [etc.]: Hamlyn, 1979. - 144 p.:ill.
ISBN 0600-31269-0
Exemplaarnr.: T/0407

Montero, Rosa
Vrouwenportretten
Amsterdam: Wereldbibliotheek, 1997. - 189 p.: ill.
ISBN 90-284-1780-X
Exemplaarnr.: T/0503
* ill. p. 172

Het leven voor de koekjesdozen : een biografie van de Brontës en een bezoek aan het Brontë Parsonage Museum
In: DE MORGEN;(13/03/1997)